ACCUEIL

Prise de position de l’AAPPMA (Association Agréée de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques) La Beaume Drobie à l’issue des derniers évènements qui ont eu lieu sur la digue de la Tourasse (Joyeuse/Rosières).

Nous, les membres du Conseil d’Administration de l’AAPPMA, voulons condamner avec une extrême fermeté les violences commises sur deux pêcheurs et administrateurs de notre AAPPMA. Le 14 septembre dernier, ces deux pêcheurs se sont rendus sur la digue de la Tourasse (sur la rivière La Beaume, entre Rosières et Joyeuse) afin d’observer les agissements d’ un groupe de personnes qui s’affairaient manifestement à colmater la brèche qui avait été ré-ouverte, tout aussi clandestinement, quelque jours plus tôt dans ce barrage. Alors qu’ils ne faisaient que constater visuellement et filmaient la scène, certaines personnes de ce groupe les ont rapidement pris à partie et malmené, 10allant jusqu’à leur asséner des coups, blessant l’un d’eux !

Rappelons que cette brèche avait été réalisée par le Syndicat des Rivières à la demande des autorités et après consensus trouvé par les différentes parties, dont les municipalités de Joyeuse et de Rosières. Nous tenons également à manifester notre indignation face aux actions de rebouchages et débouchage sauvages qui ont été opérées ces dernières semaines sur la Beaume. Ces actions, effectuées en dépit du bon sens, ont fortement perturbé la rivière et provoqué des mortalités piscicoles. Tout le monde comprendra que l’obstruction soudaine de l’écoulement naturel d’un cours d’eau, telle qu’elle a été ici mise en oeuvre, de surcroît en période de sécheresse, conduit à l’assèchement complet de ce cours d’eau en partie aval pendant plusieurs heures et entraîne la mortalité d’un grand nombre d’animaux aquatiques qui y vivent.

Pour autant, une majorité du Conseil d’administration de l’AAPPMA a décidé, à deux reprises et lors de deux réunions, de ne pas porter plainte contre les personnes qui ont oeuvré illégalement pour boucher et/ou déboucher cette digue. Rappelons que la reconquête de la continuité écologique des cours d’eau est une obligation émanant des services de l’Etat. Il est donc de leur responsabilité de gérer cette situation.

Nous rappelons enfin que les impacts néfastes des barrages, digues et autres seuils sur les cours d’eau ne sont plus à démontrer tant ils ont été étudiés et prouvés. Ils altèrent la qualité de l’eau par un appauvrissement en oxygène, par un réchauffement et une évaporation augmentés en été. Ils aggravent le risque d’inondation, provoquent des phénomènes d’érosion en aval, incisent le lit et bloquent le transit sédimentaire ainsi que la continuité piscicole. Le site de la Tourasse n’échappe pas à ces règles, et c’est pour cela que les autorités avaient ordonné de faire ouvrir ce barrage.

La Beaume et la Drobie ont obtenues le label « Rivières Sauvages » en 2016, et elles nous offrent une qualité de vie que beaucoup nous envient : paysages, loisirs, économie, eau potable, etc… A ce titre, le seul vrai patrimoine à préserver, ce sont nos rivières ! C’est pourquoi, services de l’Etat, élus locaux, particuliers, associations et autres collectifs, nous nous devons de les défendre face aux prélèvements d’eau excessifs (publics et privés), aux rejets (sauvages ou non), aux pratiques estivales abusives et non respectueuses, à l’obstruction de la continuité écologique.

Voilà, selon l’AAPPMA, les véritables combats qu’il faut mener et qui devraient rassembler toutes les énergies et les bonnes volontés, plutôt qu’elles se divisent sur de vains combats.

Le Conseil d’Administration de l’AAPPMA